MAXIME DELETTRE

Les écrivains du passé bénéficient des plus légitimes recommandations. Mais si l'on souhaite récolter des talents pour l'avenir, il faut savoir les encourager au présent.
Dans le flot actuel d'une littérature marketing, tout un chacun se plaît à relativiser la démarche d'écrire, comme phénomène de mode. Mais le talent est rare, et parce qu'il n'est pas rémunérateur, s'exile au débit de l'esprit.
Oser s'engager sur les voies politiques et religieuses les moins en vue, c'est aussi oser découvrir le don lorsqu'il s'exprime, grâce à l'inspirée volonté des dieux surgissants. Je ne fais qu'un bénéfice symbolique de mes ventes.
Seul l'esprit commande à mon sacerdoce.


 

Bonjour à tous les malheureux qui se sont écartés du bon chemin pour venir échouer ici, dans cet antre infernal aux incantations sulfureuses. Autant la politique est une lutte sans concessions à tous les étages, autant la foi non dogmatique est une manifestation positive et pacifique.
A toi Maître de séant, ministre plénipotentiaire d'un monde réformé, messie culturel de l'homme lobotomisé, je pose la question : que ne vas-tu pas introduire en ton temple le doux venin qui plaît aux dieux ?
Mets le monde en musique et ne fait pas le sourd. Les muses cherchent un conducteur, non un censeur. Car, bien souvent hélas, le chiffre passe avant les lettres, et la censure est dans toutes les têtes. Certains éditeurs vont même jusqu'à se réfugier derrière le caractère inclassable de l'œuvre et tuent l'échanson. D'autres s'en approchent avec élégance pour mieux la circonscrire dans le piège insidieux de leurs réserves empruntées, pleines de bons sentiments. En réalité, ils n'ont qu'une boutique à la place du cœur, et pour tout ciel, un savant mélange d'orgueil. Alors, ne laisse pas les muses sans voix, ne crains pas le soma qui brûle les lèvres, réponds à l'écho des nymphes, et viens au sanctuaire de l'âme échappée de sa prison dorée, libérée de tout clivage. Viens en son espace intérieur que tu te plais à murer comme Troie. Ne laisse pas lettres mortes ce qui vient à la présence malgré toi. N'isole pas le monde de son potentiel merveilleux.

Si tu ne donnes pas à ce que tu considères beau, une autre substance que celle qui nous apparaît physique et sympathique, alors jette-toi du haut de ton inculte tristesse. L'idée n'est pas de vouloir travestir son esprit, mais de lui éviter l'écueil de l'apparente emprise des évidences, alliées au conformisme. Celles-ci se sont rendues maîtresses de l'intellect à la fois crédule et incrédule, sur le modèle unilatéral d'une réflexion scannée par l'image. Comprends-tu, si tu trouves la forme belle, et qu'en cette forme, la beauté ne t'inspire qu'une leçon de choses même sublimée par l'idée, ton réflexe à matérialiser pour théoriser, te promet au règne de la rusticité fardée. Pour ma part, derrière la forme belle, je vois le génie naturel d'un enchantement divin, qui invite à l'ébauche d'une réflexion exigeante et soignée. Il en est de même de l'informel talent où l'esprit s'illustre, de l'intelligence qui habite ou non les têtes plus ou moins à la fête. Je n'y mets pas un point d'honneur, et n'en fait pas l'icône de mes caprices. Simplement, s'impose à moi cette évidence maîtrisée, comme la moins simple des réalités incertaines qui s'illustrent plaisamment.

À propos

Je m'appelle Marc Botrel. J'écris des ouvrages sous le nom choisi de Maxime Delettre

Maxime Delettre est un conducteur de char. Aux chevaux rapides de ses lyriques envolées, il lâche bride, à son exaltation, il donne du fouet. Son inspiration surgit d'un temps incréé, où l'esprit puise en l'infini de ses vitales émotions.

Ou me faire une commande directe / 20 euros frais de port gratuits sur PAYPAL : marcbotrel@free.fr

Ou me faire une commande directe tarif réduit et frais de port gratuit / 18 euros sur PAYPAL / marcbotrel@free.fr